L'abbaye de La Crête est une abbaye cistercienne fondée en 1121 par le seigneur de Clefmont et des moines venus de l'abbaye de Morimond.
   Dès sa création, les dons de l'aristocratie et des seigneurs locaux lui permettent de s'établir et de constituer un domaine qui s'étend sur plus de 115 villages et lieudits.
   Son développement lui permet de fonder elle-même quatre abbayes-filles : Saint-Benoît-en-Woëvre, Vaux-en-Ornois, Les Feuillants et Matallana.
   A partir du XIVe siècle, l'abbaye entre dans les turbulences provoquées par les guerres successives, les bandes de pillards et les grandes épidémies. Mais elle semble résister à l'usure du temps et le roi l'érige en abbaye royale en 1567.
   Au XVIIe siècle, pendant l'hiver 1636-1637, les troupes suédoises, engagées par Richelieu, pillent, saccagent et incendient fermes et villages, massacrant les habitants déjà fort éprouvés par la peste qui sévit à nouveau dans la région. Le monastère sera épargné de la destruction, l'abbé ayant pu négocier avec les Suédois. Mais la situation va se dégrader avec ses successeurs qui refuseront d'assurer l'entretien des bâtiments.

L'abbaye de La Crête au XVIIème siècle, d'après un plan de 1705
  • 1. Porterie
  • 2. Eglise
  • 3. Cloître et son jardin
  • 4. Chapitre
  • 5. Dortoir des moines
  • 6. Entrée, auditoire
  • 7. Dortoir des convers
  • 8. Réfectoire
  • 9. Chambre au four, cuisine
  • 10. Palais abbatial
  • 11. Maison du forestier
  • 12. Moulin
  • 13. Colombier
  • 14. Granges et écuries
  • 15. Maison du jardinier
  • 16. Basse-cour
  • 17. Grand jardin
  • 18. Verger
  Au XVIIIe siècle, tous les bâtiments de l'abbaye, trop vétustes, sont démolis par les religieux qui entreprennent un vaste programme de reconstruction. Seule l'église abbatiale est maintenue dans son état d'origine.
  Aujourd'hui, sur le site, on peut voir la porterie (1), la grande écurie (2), la blancherie (3), le logis abbatial (4), le pigeonnier (5) et une partie des murs d'enceinte.

Vue satellite

La blancherie à gauche de la photo, la grande écurie au centre, la porterie à droite Au centre de la photo le logis abbatial, au fond à droite le colombier




Pour en savoir plus, lisez l'excellent article d'Isabelle LAMBERT-DUTREUIL, publié sur Wikipédia.





Vous pouvez contacter l'association à l'adresse suivante : "contact@renaissancedelacrete.fr"
-